Accueil |

Livre d’or

"Ici seront affichés les messages du livre d’or" (faire défiler l’écran pour lire les messages déjà déposés.) Nous vous invitons à y déposer un témoignage, un message d’au revoir à l’artiste ou quelques lignes en hommage à sa mémoire.

Écrire dans le livre d’or
Envoyer un message


Merci de faire parvenir vos messages par email via ce formulaire ou directement à l’adresse : hugo.urrestarazu@wanadoo.fr

Le seul souvenir de ton sourire me ravie...

Merci petite maman de m'avoir donné la vie un 6 mars il y a 42 ans maintenant. La vie tu me l'as redonné une deuxieme fois il y a maintenant dix ans. Merci pour tous ces moments de vies, de rires, d'amours, de joies et de peines aussi, et surtout merci de m'avoir simplement montré le chemin de la vie, de m'avoir donné cette amour que tu avais de la vie. Je t'aime maman et le seul souvenir de ton sourire me ravie.

Clara.

08/03/2013

 

Je sais que tu seras près de nous, tous réunis le soir de Noël...

En ces veilles de fêtes de Noël nous pensons tres souvent a toi. Tu aimais ces temps de fêtes ou l'on se retrouvait pour partager un repas de fêtes en famille. Ces moments-là sont bien loin, mais tellement présents a mon esprit. J'essaye de transmettre au mieux à mes enfants cette esprit de paix autour de NOËL comme tu le faisais. Tu me manques petite maman, j'ai mal à l'âme quand je pense a toi : je trouve la vie si injuste!!!! Pourquoi toi? Néammoins la vie continue et j'essaye chaque jour de transmettre à mes filles tout cet amour que tu nous as donné. Merci à toi maman, je sais que tu es a coté de moi, tu me guides et je sais que tu seras près de nous, tous réunis le soir de Noël. JE T'AIME MAMAN

Clara.

16/12/2012

 

Anne-Marie, Belle Mère que tu as été pour moi

Je suis revenue sur cette page en ce 28 mai 2012, un an après ton envol, pour y laisser une petite trace de mes pensées mélancoliques...

En lisant le mot laissé par ta fille Clara, je me suis trouvée bien émue...

Clara, c'est magnifique ce que tu as écris... je vais moi aussi partager ici mon émotion...

Anne-Marie, Belle Mère que tu as été pour moi, moi aussi je te garde au fond du coeur...

Il ne se passe pas une journée sans que ton image vienne me saluer.

Parfois ça me fais du bien, parfois ça ravive la douleur, parfois c'est inacceptable, parfois c'est comme irréel... parfois ça devient habituel... tous type de sentiments se donnent en spectacle dans mon esprit tourmenté...

Parfois, il m'arrive d'entendre ton rire éclatant quand quelque chose ou quelqu'un me fait rire. Dans ses moment là, j'entends aussi ta voix amusée et ce que tu aurais répondu pour qu'on rigole encore plus. J'adore quand ça fait ça ! je me souviens nos fous rires, ce sont de beaux souvenirs...

Une chose est sûre aujourd'hui : tu es en moi, tu fais partie de moi, tes paroles et ton sourire raisonne en moi et c'est un trésor précieux que je garde, toujours...

Je viendrai bientôt te voir au lac, quand la dernière page de mon mémoire aura enfin été rédigée...

Je te le dédies entièrement, à toi et à Mamita, qui sans doute, vous êtes trouvées un coin douillet quelque part pour partager un maté chaud et vous raconter mille choses, rire et pleurer ensemble...

Je sais que tu aimais très fort ma grand-mère...

Chloé et moi avons adopté un petit chat, il s’appelle Bartok, il est roux et très affectueux, tu l'aurais adoré, toi qui aimes tellement la compagnie de ces petits félins...

Il est justement en train de te dire bonjour, car au moment même où j'écris ces lignes, il est en train de m’inonder de câlins et de ronrons :) Plein de souvenirs de toi et des chats me viennent à l'esprit. Tu arrivais à faire craquer Papa pour qu'on adopte les petits chats trouvés au coin d'une ruelle :) Tant de choses...

En ce jour particulier, je t'envoie tout mon amour et ma tendresse, tous les mots qui te feraient sourire et toutes les notes de musique qui t'embaumeraient le cœur...

Nous pensons tous à toi et tu nous manques terriblement...

Je rejoins Clara dans sa dernière ligne :

je t'aime aussi...

Elisa Urrestarazu.

28/05/2012

 

A ma maman

Une année déjà que tu nous a quittés

et le vide que tu laisses dans ma vie reste immense.

Chaque jour je pense a toi,

chaque jour je parle de toi,

tu es et resteras toujours à mes cotés.

Je te sens tellement présente encore

que parfois j'aime à croire

que c'est un mauvais rêve que je fais

et que tu vas réapparaitre.

Maëlle parle de toi souvent,

quand elle regarde les nuages,

elle leur parle

en imaginant que tu es dans le nuage!!

Quant à Annaelle, elle te ressemble tant:

lorsqu'elle voit une scène de théâtre,

une estrade, un lieu de spectacle,

elle fait le spectacle:

je sais a ce moment précis

que c'est toi qui est en elle!!!

Tu serais tellement fière d'elle.

Merci à toi, petite mère,

pour tout ce que tu m'as enseigné.

J'espère être une maman aussi formidable que toi,

aimante, compréhensive,

toujours a veiller sur nous,

telle une louve!

Te sentir près de moi,

les visites que tu me fais la nuit

m'aident a supporter la douleur de ta disparition.

JE T'AIME MAMAN.

Clara Lopez del Rio.

25/05/2012

 

Ah, silenciosa

Abeja blanca zumbas - ebria de miel en mi alma
y te tuerces en lentas espirales de humo.
Soy el desesperado, la palabra sin ecos,
el que lo perdió todo, y el que todo lo tuvo.
Última amarra, cruje en ti mi ansiedad última.
En mi tierra desierta eres tú la última rosa.
Ah silenciosa!
Cierra tus ojos profundos. Allí aletea la noche.
Ah desnuda tu cuerpo de estatua temerosa.
Tienes ojos profundos donde la noche alea.
Frescos brazos de flor y regazo de rosa.
Se parecen tus senos a los caracoles blancos.
Ha venido a dormirse en tu vientre una mariposa de sombra.
Ah silenciosa!
He aquí la soledad de donde estás ausente.
Llueve. El viento del mar caza errantes gaviotas.
El agua anda descalza por las calles mojadas.
De aquel árbol se quejan, como enfermos, las hojas.
Abeja blanca, ausente, aún zumbas en mi alma.
Revives en el tiempo, delgada y silenciosa.
Ah silenciosa!

Pablo Neruda, Poema 8, (1924) ("Veinte poemas de amor y una canción desesperada")

Abeille blanche, ivre de miel, toi qui bourdonnes dans mon âme,
tu te tords en lentes spirales de fumée.
Je suis le désespéré, la parole sans écho,
celui qui a tout eu, et qui a tout perdu.
Dernière amarre, en toi craque mon anxiété dernière.
En mon désert tu es la rose ultime.
Ah ! silencieuse !
Ferme tes yeux profonds. La nuit y prend son vol.
Ah ! dénude ton corps de craintive statue.
Tu as des yeux profonds où la nuit bat des ailes.
Et de frais bras de fleur et un giron de rose.
Et tes seins son pareils à des escargots blancs.
Un papillon de nuit dort posé sur ton ventre.
Ah ! silencieuse !
Voici la solitude et tu es absente.
Il pleut. Le vent de mer chasse d'errantes mouettes.
L'eau marche les pieds nus par les routes mouillées.
Et la feuille de l'arbre geint, comme un malade.
Abeille blanche, absente, en moi ton bourdon dure.
Tu revis dans le temps, mince et silencieuse.
Ah ! silencieuse !

(traduction: A. Bonhomme et J. Marcenac, 1970)

Hugo,tu compañero.

23/12/2011

 

la vida eterna

Apenas nacemos tenemos asegurados una sola cosa: morir. Claro que nunca nos resignamos a ello y está bien creo yo, pero cuando sucede como ahora aconteció, debemos aceptarlo con resignación para que aquel que partió pueda volar muy lejos, y de esa manera volverá cada vez al ser amado que quedó en esta parte de la tierra.
Si un volcán se manifiesta, será ella.
Si un trueno se presenta,será ella.
Si una flor abre, será ella,
y si una noticia buena alegra el corazón, será ella.
Desde el país en donde ahora moras, procúrale a tu compañero esa serenidad de saberte en la vida eterna.

Beatriz Pichi Malen,
una mujer Mapuche, artista del sur de América del Sur.

18/07/2011

 

Nous n'oublions pas tes précieux enseignements

Atterrée par la nouvelle, je n'ai su quoi dire et et j'ai laissé faire le temps. Je t'ai rencontré Anne-Marie lors des soirées contes à St-Julia ; pour moi : une première. Mais inoubliable car j'ai compris que toi et ton talent sont inoubliables. Quelle joie, quand Myriam Dupias a proposé aux assistantes maternelles du Ram de Revel dont je fais partie, de travailler avec toi pour une formation et pour la création d'un CD avec Lionel et Agnès ! Avant, en catimini, nous racontions des histoires à nos petits.Tu es venue et tu as tout balayé : notre timidité, notre réserve en nous incitant à chanter, parler fort, utiliser notre corps pour rendre le conte plus vivant ! Si tu voyais la mine réjouie de nos tout-petits !!! Tu savais si bien nous faire voyager dans le temps, l'imaginaire,dans une autre dimension sans bouger de notre chaise. Nous repartions de nos séances de formation la tête pleine d'images, de mots... Plusieurs d'entre nous ont dit (moi aussi) qu'il leur fallait un moment avant de revenir dans le monde réel. Nous avons été sublimé par ta force, ton courage, ton humilité, ta générosité. Quand nous lisons un livre, racontons une histoire à nos petits, nous pensons toujours à toi, Anne-Marie et te sentons à nos côtés. Merci Les assitantes maternelles :

Alexandra,Brigitte,Evelyne,Raymonde,
Stéphanie, Haydée, Véronique,
Hélène, Cathy, Mina,
Viviane, Thérèse, Anne-Marie,
Christel, Valérie, Francine, etc...

14/07/2011

 

On s'était dit...

Maintenant je sais, je sais que toi aussi, tu resteras ma complice indéracinable. Et je jouerai jusqu'à la lueur des étoiles, jusqu'au murmure profond des sources, dans l'espoir de pouvoir encore t'effleurer, où que tu sois... Demain je pars en Avignon, nous l'avions tant rêvé toutes les deux, ma colère est encore immense et mon chagrin encore plus grand. Je t'emmène avec moi, je ne me résous pas à te laisser ici, alors enfile ta plus belle robe, celle de Louise, celle de la Fée, de Mariette, celle que tu veux, et accompagne moi au cœur de cette humanité tapageuse.
Toi aussi tu as nourri mon âme.
Tu me manques.

Femme Musique

01/07/2011

 

On se rencontre encore

Anne-Marie, j'aurais aimé que l'on se rencontre encore et encore, seules. De femme à femme, d'artiste à artiste, de scène en scène... Désormais je cultive "le jardin de Maman", MERCI de cette transmission faite dans la confiance totale. Le temps des regrets est passé finalement, car on se rencontre encore, oui, même en pauvre mortelle que je suis ! Encore ici, je la fait vivre ta parole telle une pépite de vie !

Marie Strehaiano

29/06/2011

 

Hommage

Il y a des pierres d'angle, comme en Anne-Marie en fut, qui enlevées font craindre l'effondrement de la bâtisse. Amputée sûrement sera notre contrée lauragaise avec l'absence inexorable de notre chère conteuse qui dans le merveilleux "au fil des mots" nous a introduits. Cette artiste qu'elle fut, demeurera dans nos coeurs et j'espère dans nos pensées si nous exerçons nos mémoires afin de retenir les chemins, les sentiments,les mystères dans lesquels elle nous a initiés faisant des mots de véritables acteurs-embellisseurs de notre quotidien à émerveiller.

Isabelle Coutureau

20/06/2011

 

Pour la chercheuse d'or

Je me souviens de son grand courage et de son désir de vivre, si puissant... comme un fleuve.Ses mots cherchaient à rejoindre les coeurs, elle les faisait danser comme des pépites. Qu'ils soient encore une source d'inspiration de là où maintenant tu es, chercheuse d'or ! Je pense aussi à toi, Hugo, à votre famille, et vous dis toute mon amitié.

Véronique GIRARD (Viéra), conteuse

18/06/2011

 

Lumière dorée

Un petit mot vers toi maintenant que tu t'es élevée vers la lumière dorée, celle des cœurs qui vibrent à la fois dans la beauté de la terre et de l'humain. C'était ton lieu, Anne-Marie, et tu y as cheminé avec un courage et une joie qui m'a touchée en plein cœur à jamais. Ton humilité et ton respect des autres montraient ta propre sagesse. Que la bonté du monde te prenne dans ses bras et caresse tes cheveux! Que ton envol soit Paix.

Catherine Zarcate, conteuse

17/06/2011

 

Je ne te vois pas, mais ...

Te souviens tu de ce film, Anne-Marie, "les ailes du désir" de Wim Wenders, dans lequel un ange choisit, par amour, de redevenir mortel ? Une ode à la vie .. Dans ce film, à certains moments, un homme s'adresse à l'invisible et dit "je ne te vois pas, mais je sais que tu es là".. Ce sont aussi les mots que je t'adresse, ma très chère et irremplaçable amie. Au cours de ces deux dernières années, nous avons appris à nous connaître, toi, Hugo le magnifique, et moi. Et "le rendez-vous amoureux" a scellé à jamais une amitié profonde, subtile et respectueuse. De ces liens qui dénouent, qui jamais n'entravent mais, au contraire, libèrent. Si tu savais combien ta parole, souvent, m'a soulevé de terre, envolé, me donnant la sensation de devenir soudain plus intelligent, plus sensible, plus apte à savourer la Vie. Je ne te vois pas, mais je sais que tu es là .. Conte moi quelque chose .. Je te rejoins du plus profond de mon chant, comme je rejoins Hugo. Je chante à votre amour...

Luc Baron

15/06/2011

 

Au revoir Fleur Bleue

J'ai été bien triste en apprenant le départ d'Anne Marie. C'est sûr, elle va beaucoup nous manquer. Comme on dit, "on ne pleure pas quelqu'un qui s'en va, on se réjouit de l'avoir connu". Anne Marie est une rencontre que je me réjouis d'avoir fait. Elle nous a quitté, mais je me réjouis aussi de savoir que ce sont les anges du Paradis qui vont passer de bons moments à écouter toutes ces belles histoires qu'elle nous racontait. Ces belles histoires qui faisaient tant partie de sa vie et qui au final étaient sa vie. Au revoir Fleur Bleue

Khadija Souary

15/06/2011

 

...tu étais ma mère des contes...

Anne-Marie,j'ai croisé ta route un jour par hasard dans un jardin de Vendine où tu contais et ce jour là je me souviens avoir été à la fois émue,intimidée, conquise!Intimidée je l'étais aussi lors de notre rendez-vous avant le démarrage du stage. Ce stage là je ne l'oublierai jamais. Tu a mis mes pas sur le chemin des contes avec tant de générosité. Cette passion du conte tu nous l'a transmise, fait vivre à nous quatre stagiaires avec sincérité et tendresse.Et nous avons eu la grande chance de pouvoir participer à tes côtés au festival de St Julia, ces contes dans les jardins,dans l'église je ne les oublierai pas non plus. Je t'ai dit un jour (plutôt écrit) que tu étais ma mère des contes, c'était sincère. Je te dis au revoir Anne-Marie et merci...  .

Caroline Boutrac

14/06/2011

 

Toute mon affection toujours vivante à elle...

la dernière fois que j'ai eu Anne marie au téléphone, nous avions parlé, en riant, de la possibilité d'arpenter les sentiers de la Correze là où Gatti et moi partions travailler , en contant toutes les deux, et..puis les jours ont coulé... Il faut toujours arrêter l'eau qui coule, ne fut ce que pour en garder la saveur d'une gorgée...j'ai laissé passer le temps. Merci de ce message. Pour moi aussi, la trace du voyage que nous avions fait còte à côte est resté lumineuse - une étoile épinglée tout en haut... toute mon affection toujours vivante à elle - et à vous. Je vous embrasse   .

Hélène Châtelain

("La parole errante")

11/06/2011

 

Il était une fois.....

Je trouve difficilement les mots pour dire mon immense chagrin quand j'ai appris qu'Anne Marie était partie. Je tiens à te témoigner Hugo toute mon amitié ainsi qu'à vous tous. Je suis ravie que la vie ait mis Anne Marie sur ma route et je garderai que de bien beaux souvenirs de notre rencontre.J'ai eu beaucoup de plaisir a travailler avec elle et les spectacles proposés à la maison de quartier étaient de toute beauté,plein de générosité ,de sensibilité et d'amour. Merci... Affectueusement.

Laurence Provost

(Maison de Quartier de Rangueil)

10/06/2011

 

Le vide qu'elle nous laisse !

Cher Hugo, j'étais absent quand la nouvelle de la mort d'Anne Marie m'est parvenue. J'ai beaucoup de peine pour toi, pour ses enfants et petits enfants à qui je te demande de transmettre mes pensées fortes en ces moments de deuil.  Je pense aussi à tous ceux et celles que j'ai connus autour d'elle. Le vide qu'elle nous laisse ! Je l'admirais beaucoup et avais pour elle beaucoup d'amour qui reste encore fort. Te voilà seul maintenant, seul dans votre vie. Je te souhaite tout le courage dont tu as déjà fait preuve et qu'il faut que tu gardes. Moi, Hugues, je suis encore là, aussi dans une santé fragile, mais je reste à disposition pour tous ceux que j'estime dont toi. Amicalement, fraternellement à toi,

Hugues Liborel, Conteur.

09/06/2011

 

Mon Amie

 

Anne-Marie, Esprit libre, Parole enracinée, Fidèle tu as été et jusqu'au bout tu as parlé de l'Amour de dire, conter...pour que les Vivants rêvent, traversent avec douceur le grand fleuve tourmenté de la vie. Désormais Ta Présence est une merveilleuse compagne pour "Toulouse Conte"

Bon voyage mon Amie et merci, chokran.

Amid Beriouni, Conteur

08/06/2011

 

Merci

Anne-Marie, Attirée par le conte, j'hésitais à venir à ta rencontre dans l'Est de la France. Mais 15 ans plus tard c'est dans le Sud 0uest qu'enfin j'ai osé. Et ce fut si évident, tu nous as rendu la parole, les mots. Outre tes mots c'est ton souffle qui soutient mes pas en ce moment. Merci.

Christel Boehm

(Assistante maternelle)

08/06/2011

 

Tu es toujours avec nous

Chère Anne-Marie,Ta joie de vivre, ta force intérieure qui nous ont tant apportées à tous, continuent à nous illuminer. Elles continueront à guider mes pas sur les chemins de la vie, sur les chemins des feux. Je pense à toi et à toute ta famille : Hugo, vos quatre filles, et tous vos proches et amis.

Fabien Perrot

08/06/2011

 

Que les Contes volent vers toi

Mes pensées douces et l'image que je garde de Anne marie, c'est sa sérénité à se déplacer, en se promenant dans le village avec la main de Hugo qui était son vrai oeil...Bises à Hugo et à toute la famille

Jacques Lionel Aubert

"La Maison de l'Académicien"

31540 Saint Julia

08/06/2011

 

Condolences

Even in Google's translation, Anne-Maries' poem is very expressive of a person I might have liked very much to know, and who must have been a good partner.

Hugo - my sympathy and commiseration. As a biologist, I know that death is inevitable for all of us, and some deaths are worse than others. The progressive loss of one's faculties must be terrible, but in this context, the unwinding of ones mind and death in the company of a clearly caring family should not be so bad as death in isolation. From what you have told me over the years, Anne-Marie was fortunate to have come to the end of her life surrounded by a loving family. Also, you and your daughters are lucky in that you all have each other with whom you can share your memories of your wife and their mother. Not all of us are so fortunate. For what they are worth, my best wishes for the future. Regards,

Bill Hall

08/06/2011

 

Elle était tout de même présente .... parmi nous

Croyez que je partage avec vous ce départ...J'avais apprécié votre démarche à tous deux pour le patrimoine ....Anne-Marie devait nous animer la soirée du 31 juillet 2010  "Sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle", elle le faisait bénévolement, mais par suite de problèmes elle n'avait pas pu venir ... Nous l'avions bien compris. En tout cas, elle était tout de même présente .... parmi nous. Avec beaucoup de respect. Bien à vous.

Jean Paul Calvet

(Président de la Société d'Histoire de Revel)

07/06/2011

 

Une pensee émue pour Anne Marie

Bonjour Hugo, Je viens d'apprendre la triste nouvelle, et je souhaitais par ce petit mot rendre hommage à Anne Marie. Elle a su nous entraîner dans son monde poétique avec grâce, nous donner tant d'énergie et nous montrer tant de courage. Elle a permis à de nombreuses assistantes maternelles de dépasser leur timidité, leur peur. Son départ nous attriste mais elle restera dans notre coeur. Je vous présente mes plus sincères condoléances.Bon courage
Myriam Dupias

06/06/2011

 

Elle est solaire en effet...

Cher Hugo,  J'ai du chagrin... Mais aussi tant de richesses qui me restent des rencontres avec Anne-Marie, que, comme tu le dis, elle est toujours là. Je me souviens de notre première rencontre, au Moulin à Paroles, il y a si longtemps déjà... D'emblée nous partagions une même approche du conte : tenter de témoigner des choses essentielles. Elle n'a jamais dérogé à cet idéal. Chacun de ses spectacles, chacun de ses contes allaient puiser aux racines profondes de l'humanité.
Nous n'étions pas des intimes et nous étions si différents, cependant si proches sur les fondements de ce beau métier...Et puis cette propension au partage, cette idée que le collectif est une dimension nécessaire de l'art et de la vie, cet enthousiasme à déplacer les montagnes pour le festival de Saint Julia, pour les ateliers, pour l'humanité... Elle est solaire en effet, d'un chaud rayon elle m'a débusqué du fond de ma caverne, moi, l'ours mal léché. Il y a un petit coin de moi tout halé de cette rencontre et qui porte sa part de ma parole de conteur. Elle et toi êtes les hôtes de ma maison de cœur (vous êtes assez indissociables !), et je suis sûr que nous aurons encore de belles balades ensemble sur les chemins de l'imaginaire.
Amitié,
François Vermel, Conteur

02/06/2011

 

Un petit message d'amitié du Pays Basque

Egunon Hugo, Nous nous joignons à celles et ceux qui partagent en ce moment ton deuil, pour t'apporter à notre façon soutien et encouragement à surmonter cette épreuve.  Amicale salutation. Agur !  Nathalie et Koldo

Koldo Amestoy, Conteur

01/06/2011

 

Anne-Marie

J'ai été très touchée par le départ d'Anne-Marie vers d'autres cieux. Ce n'est qu'un au revoir...Toutes mes pensées les plus chaleureuses vont à Hugo, son époux, ses filles, belles-filles et beau-fils. Cordialement,

Joëlle Serin

(Conseil général de Tarn-et-Garonne, Médiathèque départementale)

01/06/2011

 

...

Cher Hugo, Malgré notre silence, nous avons beaucoup pensé à Anne-Marie,et à vous tous. Nous tenons à nous associer à votre peine et vous faire part de nos très sincères condoléances.

Annie et Jean Teulier

Saint Julia

01/06/2011

 

Elle aura marqué ma mémoire...

Bonjour Hugo, Je viens d'apprendre par Françoise Navas le décès de Anne-Marie. Mes pensées de parole vont à toi et ta famille. Anne-Marie aura marqué ma mémoire d'artiste et de conteuse, sa combativité et son courage aussi.

Florence Bathellier, Conteuse

31/05/2011

 

Coeur et Lumière

Shalom Hugo, uni avec vous tous en pensée et en prière, ce jour à 10h45 pour accompagner Anne-Marie. Je te remercie cher Hugo de m'avoir prévenu. Coeur et Lumière

Jean David, Conteur

31/05/2011

 

Qué gran tristeza...

Querido Hugo:  Qué tristeza. Qué gran tristeza....Yo sentía que conocía un poco a Anne Marie por tus palabras; será eso lo que me quede... Y ver a sus hijas... A veces la vida me desampara. Te abrazo y beso desde aquí. 

Cristián Mallol

Chile

30/05/2011

 

Sentido pésame

Estimado Hugo : Nos acabamos de enterar del trágico desenlace y todo nuestro pesar por el fallecimiento de Anne Marie. Un saludo desde Paris. Chico.

Patricio Santana

30/05/2011

 

Un souvenir à la fois très doux et très fort

Mon Dieu que cela a été rapide ... Bien sûr que je n'osais pas demander de ses nouvelles sachant que l'issue était irréversible. Je garde d'elle un souvenir à la fois très doux et très fort. A vous tous , courage , et amitié

Monique Hillenmeyer

30/05/2011

 

J’aimais beaucoup Anne Marie

C’est avec beaucoup de tristesse et d’émotion que je lis ce message. J’aimais beaucoup Anne Marie, sa gentillesse, son professionnalisme, son courage et son amour pour les enfants. Je vous adresse mes très sincères condoléances. Je ne pourrais pas être présente pour la cérémonie mais par la pensée je serai avec vous. Toutes mes amitiés a Hugo  et Agnès

Francoise Labrux

(Centre Culturel de Soupetard)
30/05/2011

 

Un départ

Bonjour Hugo ! Je viens d'apprendre qu'Anne Marie a écrit son dernier conte de la vie, un conte inachevé mais que chacun de ceux qui l'ont connue terminera comme il l'entend !  Dans ces moments qui restent difficiles pour tous, sachez que, pour ma part, je conserverai le souvenir de rencontres toujours empreintes de professionalisme mais ô combien chaleureuses !  Bon courage. Bien amicalement

Francis Costes

(Conseiller général du Canton de Revel)

30/05/2011

 

Une personne simple et généreuse

Bonjour Agnès: J'ai gardé un excellent souvenir du passage d'Anne-Marie sur la péniche, en 2003 je crois, une personne simple et chaleureuse ainsi que son mari à qui tu pourras transmettre ces sentiments si tu le peux. Bien cordialement.

Jean-Marie Fraysse

(Péniche Chévrefeuille)

30/06/2011

 

Je ne peux retenir mes larmes

Cher Hugo, Cette nouvelle m'abasourdi, je partage votre grande peine et suis de tout coeur avec vous pour surmonter ce drame. Je ne peux retenir mes larmes à l'idée de ne plus revoir Anne - Marie. L'idée de l'injustice me traverse car vous faîtes partie de ces personnes pour qui j'ai de l'Amour. Cet amour gardez le précieusement et j'espère qu'il adoucira cette peine dans l'épreuve que vous traversez. Toutes mes condoléances, toute notre amitié. Sachez que nous sommes avec vous. Hamed et Évelyne

Hamed Bouzzine, Conteur

30/05/2011

 

Cette nouvelle me laisse sans voix

Bonjour Hugo, Cette nouvelle me laisse sans voix. Elle tombe comme un coup de tonnerre. Je t'embrasse fort, je fais passer l'option théâtre du bac mercredi, je ne pourrai venir saluer Anne-Marie mais je serai avec vous, avec elle.
Mireille Valls

(DAAC - Académie de Toulouse)

30/05/2011

 

Merveilleuse Anne Marie que je ne peux imaginer si loin

Hugo je n'en crois pas mes yeux, qu'est-il arrivé ? Merveilleuse Anne Marie que je ne peux imaginer si loin. Il ne me sera pas possible d'etre physiquement avec vous pour cette cérémonier de mardi, mais mon coeur y sera tout entier. A toi qui étais ses yeux, son guide et si tendrement son soutien, comme à ses enfants et amis, j'adresse mes très syncères condoléances, en appuyant sur le sens si fort de ce mot : je souffre avec vous. Mais quand une "bonne personne" (comme elle disait) nous quitte, nous lui devons de rester sereins comme elle nous l'a indiqué.A plus tard, dis-lui que je l'accompagne par la pensée. Et toi aussi. Anne-Marie était effectivement de celles dont la compagnie vous reste, réconfortante pour toujours. Pour moi ce sera l'image de son spectacle à la Cave poésie où, entre danse, musique, lecture et conte, elle apparaissait dans toute sa pleinitude.
Josiane Bru

(Centre d'Anthropologie de Toulouse)

30/05/2011

 

Qué suerte haber alcanzado a conocerla

Hugo querido queridísimo: Por favor, no sientas que estamos tan lejos, estamos al lado tuyo tomándote la mano, abrazándote, haciéndote cariños en la cabeza... Qué pena no poder acompañerte más y despedirnos de Anne-Marie. Qué suerte haber alcanzado a conocerla. Recordamos la cena de tus 60 años que dejó preparada la hija de Anne-Marie... Por favor, dile a ella y a su compañero, a tus hijas y a las hijas de Anne-Marie, que nosotros tampoco la olvidaremos nunca. Ahora es aquí de noche, pero te llamaremos mañana para escuchar tu voz. Un enorme abrazo, por la amistad.
Silvia y René
30/05/2011

 

Je crois l'entendre

Bonsoir Hugo, Je viens d'apprendre la nouvelle par Josiane Bru. Je suis très touché. Je pense fort à toi et aux enfants. Je crois l'entendre dans le petit mot que vous avez écris. Toute mon amitié. Je t'embrasse, Fred
Frédéric Naud, Conteur
30/05/2011

 

Ma petite sœur « tsigane »…

Oh mon Dieu, Hugo !! que s’est-il passé ? Ça me fait une peine immense… J’ai l’impression que c’était hier que j’étais chez vous… Ma petite sœur « tsigane »… Hélas je ne peux me libérer ce mardi matin pour être parmi vous…Mais je vais prier de mon côté dès que je peux pour la saluer dans l’invisible. Je suis de tout cœur avec toi. Je t’embrasse fort, toi et les tiens. Amitié

Catherine Zarcate, Conteuse

30/05/2011